Recherche ciblée

Des cours d’appui pour réussir son apprentissage

Réussir son apprentissage représente une véritable gageure pour les adolescents parachutés dans la vie active et qui ne connaissaient que les bancs de l’école – si rassurants. Ballottés entre le travail «réel» et les cours professionnels, beaucoup de jeunes perdent leurs repères. Souvent, les entreprises formatrices ne peuvent, à elles seules, apporter toute l’aide nécessaire à leurs apprentis. FuturPlus, un institut lausannois, propose des appuis sous forme de permanence.

 

A la lumière de différents entretiens avec des responsables d’entreprises formatrices de la région, FuturPlus a identifié la nature des difficultés qu’un jeune adulte pouvait être amené à rencontrer durant sa formation. En effet, l’apprentissage ne se limite pas à la pratique et chaque apprenti est tenu de suivre des cours dans une école professionnelle. C’est souvent là que le bât blesse et les employés d’une entreprise ont rarement le temps de soutenir efficacement leur jeune collègue dans l’accomplissement de ses tâches plus «scolaires».

Permanence

FuturPlus a donc mis sur pied un système de cours d’appuis collectifs hebdomadaires sous forme de permanence, en comptabilité, mathématiques, allemand, anglais et français, afin d’offrir aux bénéficiaires un travail constant et régulier. Dispensés par des professionnels de l’enseignement, ces cours leur permettent de profiter pleinement d’un accompagnement ponctuel, de poser toutes leurs questions et obtenir de l’aide, par exemple avant un test ou un examen.

Ces permanences sont ouvertes à des apprentis de tous niveaux et toute l’année, pour les branches concernées. Pour s’adapter aux horaires de travail, les cours ont lieu en soirée et le samedi.

Bien entendu, le service n’est pas gratuit, mais l’originalité du concept tient notamment au mode de financement qui s’appuie sur un partenariat conclu avec l’entreprise formatrice qui paie un forfait mensuel ou annuel. «Les villes de Lausanne et de Renens ont déjà répondu présent, précise Noël Dentan, le directeur de FuturPlus. Et des employeurs du secteur privé sont venus grossir les rangs. Les apprentis, quant à eux, ne doivent débourser que 7 fr. pour une heure d’appui.» Et les PME? Peuvent-elles se permettre de souscrire un «abonnement»? «Le cas des petites entreprises est un peu plus problématique, admet Noël, mais beaucoup de parents s’intéressent à cette offre et sont prêts à investir mensuellement 100 fr. – pour leur enfant.»


Renseignements: www.futurplus.ch