Recherche ciblée

Jouer ensemble c’est apprendre à jouer

Une école de musique vient d’ouvrir ses portes à Genève. Les cours que l’on y donne ne ressemblent en rien à des leçons «classiques» où le jeune musicien apprend l’art de la fugue et du contrepoint, les doigts crispés sur son instrument. Là bas, c’est en groupe que l’on apprend. Ou plutôt, c’est en formant un orchestre que l’on apprend. On apprend à écouter l’autre, à écouter les sons, à entrer dans le rythme, à se glisser dans les harmonies. On apprend à devenir musicien.

Une impro construite

La Groove School est une école de musique d'un nouveau genre créée il y a quelques semaines par Patrick Müller, pianiste et compositeur professionnel. L'idée est simple, vieille comme le monde, et pourtant très originale: c'est en forgeant que l'on devient forgeron. Ou plutôt, c'est en créant autour de la personne qui désire parfaire son jeu instrumental ou progresser en musique l'ambiance d'un «local de répétition». Bien entendu, le professeur est attentif, écoute l'élève, intervient souvent, l'aide à progresser, le corrige, lui prodigue des conseils. On est donc loin du «boeuf», où l'on égraine des standards et où la magie opère... de temps en temps. L'improvisation est au centre du concept, mais l'élève suit bel et bien un cours!

Acquérir l'expérience du jeu en groupe

Comme le précise son initiateur, «L'école est ouverte à tout musicien, quel que soit son âge, son instrument de prédilection, ou le style de musique qu'il préfère. Elle s'adresse principalement aux personnes jouant déjà d'un instrument et souhaitant acquérir ou enrichir l'expérience de jeu en groupe.»

Enseigner la musique, c'est aider l'élève à apprendre par lui-même, et chercher en lui les graines de l'expression.

Ouverte à tous les musiciens? Vraiment? «Bien entendu, il s'agit de trouver une cohérence lorsque nous formons les groupes. Nous n'allons pas proposer à une personne qui débute de se confronter à quelqu'un de très rôdé. Mais l'important, c'est bien le plaisir de jouer et de partager.» Et faut-il savoir déchiffrer une partition? «Je ne suis fermé à rien, rétorque Patrick Müller. Et si l'un des participants veut que je lui griffonne une grille d'accords, c'est bien volontiers. Mais le but est d'éveiller le sens de l'écoute, et je privilégierai toujours l'apprentissage par l'oreille. Le groove ne s'apprend pas sur une partition.»

Un projet à long terme

La Groove School porte aussi en elle l’ambition d’offrir une ouverture aux artistes de la région, de permettre à des groupes de se former et, pourquoi pas, de les pousser sous les projecteurs.


www.groove-school.ch

Crédit photo: Sandrine Oyeyi