Recherche ciblée

Les femmes et leurs travers au boulot: quelques conseils

Côté vie professionnelle, les femmes buttent toujours sur les mêmes écueils. Pour plaire, pour ne pas décevoir, pour répondre à des attentes,mais rarement pour leur bien-être personnel ou leur propre bénéfice, elles développent des attitudes récurrentes. C’est le constat formulé par Hélène Mathieu, formatrice spécialisée dans le coaching féminin, qui se bat pour la reconnaissance des femmes dans le monde du travail. Elle livre quelques conseils pour dépasser ces habitus.

«Elles n’osent pas assez dire non»

Le constat | Répondre oui à tout n’est une solution pour personne. En particulier pour soi. Mais les femmes ont des difficultés à oser dire non, par crainte de déplaire, de fâcher, de s’opposer. Une femme qui n’a pas d’ambition carriériste, par exemple, n’osera pas l’affirmer par peur de passer pour quelqu’un d’inconsistant.

Les pistes à suivre | Apprendre à dire non quand ses limites sont transgressées. Pour cela, il faut commencer par définir les limites. Avoir conscience de qui on est, connaître ses points forts et ses besoins, penser que «je» est aussi important que «tu», que ses désirs ont autant de valeur que ceux des autres, que sa pensée peut être différente de celle de son patron, etc. On s’affirmera sans «se poser contre» et sans agressivité, mais en établissant un rapport de parité entre soi et les autres.

«Elles se dévalorisent»

Le constat | A compétences égales, les hommes savent mieux valoriser leur expérience, alors que les femmes banalisent ce qu’elles ont fait. Celles qui sont mères voient souvent leur maternité comme une tare plus que comme une qualité.

Les pistes à suivre | Prendre du recul et imaginer qu’il ne s’agit pas de soi mais de quelqu’un d’autre… Tout de suite, la valeur de l’expérience apparaît clairement. Et plutôt que de se fixer sur ce que les autres pourraient attendre de soi, se poser la question: «Quelles sont mes compétences? mes qualités?» Beaucoup d’atouts au féminin méritent d’être mis en avant dans le milieu professionnel.

«Elles culpabilisent»

Le constat | Une femme peut avoir l’impression de n’être pas assez disponible au travail, et en même temps pas assez présente pour ses enfants ou pour son conjoint. Elle mettra ce qu’elle est en train de faire de côté pour répondre aux demandes des autres, s’empêchera d’aller boire un café au sortir du boulot pour courir à la crèche ou vite faire les courses.

Les pistes à suivre | Se libérer de ses représentations enfermantes de superwoman, et séparer mentalement les espaces. Se dire: «Au travail, je suis au travail, et je m’investis dans ma mission. A la maison, je suis à la maison, disponible pour les miens.» On ne peut pas tout faire et le monde tourne même si tout n’est pas parfait. L’autre peut aussi attendre. On voit une urgence où il n’y en a pas forcément.

«Elles veulent trop plaire»

Le constat | Penser que plaire à l’autre est la clé pour se faire respecter est un travers très féminin. Habits sexy ou au contraire tailleur masculin sur le lieu de travail, attitude un brin séductrice ou petits soins «maternels» pour le patron et les collègues… On fait souvent tout cela pour se faire aimer, en oubliant de se respecter soi-même.

Les pistes à suivre | S’habiller avec ce qui nous ressemble. Pas besoin de porter l’uniforme. Le tailleur-pantalon, même s’il semble apporter de la crédibilité, ne correspond pas forcément à chacune. Il faut se sentir bien dans ses habits pour pouvoir rayonner. Quant aux petits gâteaux concoctés tous les vendredis pour les collègues au prix d’une longue soirée de préparation, il faut que la démarche soit vraiment personnelle.

Chacune doit connaître ses besoins et avoir confiance en ses points forts

«Elles ont peur de changer»

Le constat | Comme lorsque son couple bat de l’aile, la femme a des difficultés à changer d’orientation quand le job ne lui plaît plus ou que l’environnement de travail l’incommode. Elle a souvent peur des risques qu’elle prend, d’endurer les conséquences de ce changement et de décevoir son entourage.

Les pistes à suivre | Aucune raison de supporter une situation insupportable! Soit on trouve le moyen de résoudre l’inconfort ou le conflit en affirmant ce qu’on veut, soit on décide de changer d’environnement de travail. La règle, lors d’un changement, est de préparer le terrain, notamment au niveau financier. Une transition en douceur est conseillée quand elle est possible.

«Elles paniquent»

Le constat | Certaines situations professionnelles génèrent une grande insécurité chez les femmes, dès le moment où elles se trouvent face à une figure d’autorité impressionnante, ou parce qu’elles ne se sentent pas capables d’accomplir une certaine tâche.

Les pistes à suivre | S’armer des outils pour surmonter sa peur de ces situations stressantes. Il en existe beaucoup. Par exemple «l’ancre de confiance en soi». C’est un petit geste qu’on fait en se remémorant une situation où l’on avait vraiment confiance. On s’accroche à un événement positif, comme Proust à sa madeleine, et aux sensations qui y sont liées, pour se sentir bien dans un moment difficile.

«Elles manquent de confiance en elles»

Le constat | Dans son milieu professionnel, la femme n’a souvent pas foi en ce qu’elle est et en son potentiel. Elle se fabrique alors un personnage artificiel, qui ne colle pas avec son «moi» profond.

Les pistes à suivre | Développer sa «sécurité ontologique», soit celle de l’être profond et non celle du paraître. S’il est préférable de se faire aider dans certains cas, on peut aussi très bien avancer seule grâce à la nombreuse littérature sur le sujet, à des sites Internet, à la sophrologie ou à la méditation, etc. Jouer la carte de l’authenticité est gratifiant pour soi comme pour l’autre.


 

Hélène MathieuHélène Mathieu-Venard est coach en entreprises et au service des particuliers. Elle est passée par l'enseignement avant de se former en psychologie humaniste américaine. Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages d'ordre psychologique dont Dopez votre confiance (Ed. Hachette). Chroniqueuse, elle écrit notamment pour kursus. Elle organise régulièrement des séminaires et des ateliers à Genève qui, en général, sont signalés dans notre agenda. www.humanact.ch