Recherche ciblée

Moi aussi je veux du vert dans mon métier

Le Centre de formation WWF organise une journée d’information sur les métiers de l’environnement le 28 mai 2010 à l’Université de Lausanne. Ce programme, ouvert à tous, est destiné à ceux qui veulent débuter une carrière ou se réorienter dans un de ces nombreux métiers, mais aussi à ceux qui veulent développer, sans changer d’activité, un pôle «vert» dans leur domaine.

 

 

Selon l’étude du WWF sur les marchés de l’environnement publiée en 2005, la Suisse compte déjà plus de 95 000 emplois liés à l’environnement et au développement durable. Et l’expansion ne s’arrêtera pas en si bon chemin. D’ici 2015, quelque 40 000 postes supplémentaires devraient être créés.

Quarante mille postes, ce n’est pas rien! «Il ne s’agit pas forcément de nouvelles places de travail à plein temps, nuance Laurence Vuagniaux, responsable de formation au WWF, mais plutôt d’un pourcentage alloué au respect de l’environnement et au développement durable au sein d’une entreprise.»

Ainsi, un employé d’une marque horlogère qui occupe un poste au marketing consacre désormais 20% de son temps de travail pour la gestion écologique des bâtiments et des déplacements de la société. Pourquoi lui? Parce qu’il avait émis le souhait de faire se rapprocher son travail et sa conscience de l’environnement.

De plus en plus de demandes émanant de collaborateurs pour une formation continue «verte» sont appuyées par leurs directeurs, constate Laurence Vuagniaux.

Autre exemple, cet employé de la voirie qui était en charge de la gestion des déchets lors de manifestations dans la commune. En suivant une formation «verte», il a non seulement obtenu davantage de responsabilités dans son domaine, mais a aussi développé son propre bureau de conseil. Ou encore cet électronicien devenu délégué à l’énergie dans sa commune, qui sera présent le 28 mai pour présenter son parcours.

Des formations sur mesure

Les exemples de reconversion se suivent mais ne se ressemblent pas. «Il n’y a encore très peu de réelles filières de formation, explique Laurence Vuagniaux. Les profils sont très variés et chaque formation est différente, sur mesure, et la plupart du temps en cours d’emploi.» Un regret quant à cette hétérogénéité?«Non, c’est une richesse! Et former des gens qui connaissent déjà leur métier prend tout son sens, ajoute-t-elle. Ils créent des systèmes adaptés à leur entreprise ou à leur domaine, plus adéquats que si c’était des schémas imposés de l’extérieur.»

Quelles possibilités de formation continue et de perfectionnement s’offrent à vous, dans votre domaine d’activité? Des professionnels de la protection de la nature (ONG environnementales, bureaux de conseil ou encore entreprises engagées dans les nouveaux marchés de la durabilité) seront là le 28 mai pour répondre à vos questions générales et spécifiques. Gageons que le repas de midi (compris dans le prix d’inscription) sera bio.


Journée d’information sur les métiers de l’environnement | Vendredi 28 mai, 9h-17h | Université de Lausanne | 160 fr. (110 fr. membres WWF) | Repas de midi inclus | Inscriptions en ligne: www.wwf.ch/centredeformation