Recherche ciblée

Université de Fribourg: le travail c'est la santé

Pour appréhender les enjeux posés par ces évolutions complexes «du travail et de la santé», trois institutions de spécialités disciplinaires distinctes se sont alliées pour proposer une formation unique en son genre. L’Université de Fribourg, l’association Addiction Suisse et l’Ecole des Mines ParisTech ont mis sur pied un nouveau CAS (Certificat of Advanced Studies) qui débutera en janvier 2013.

 

Nous avons assisté durant les dernières décennies à un affaissement des dynamiques collectives, à un accroissement du traitement individuel des salariés et à de fortes mutations dans les sphères professionnelles. Ces différentes transformations ont eu, et continuent d’avoir, des conséquences sur les individus et leur santé. L’augmentation des exigences de performance et les nouveaux outils d’organisation du travail ou du management modifient les attentes et les capacités personnelles à «faire face» aux pressions, fragilisent parfois certaines personnes et altèrent de manière générale les représentations du travail.

L’autonomie et la flexibilité revendiquées de plus en plus par les organisations professionnelles, comme garantes de modernité et de liberté pour les personnels, comporteraient pourtant de nombreux effets délétères: accroissement de la responsabilisation, astreinte à l’excellence, individualisation des ressources collectives, concurrence et défiance exacerbées, etc.

Ces nouveaux rapports au travail ne sont pas sans répercussion sur les souffrances et la santé des salariés. En réponse à ces maux ressentis, on observe une multiplication de programmes permettant à l’individu de mieux se connaître, de gérer son stress, d’intérioriser les impératifs de performance, de compétitivité et d’augmenter sa rentabilité comportementale. Ces offres ne vont pourtant pas de soi notamment au niveau des normes de santé et des problématiques auxquelles elles sont supposées répondre.

Les conduites dopantes de plus en plus présentes au sein des organisations peuvent également en être l’illustration. L’individualisation de la responsabilité et l’injonction «d’être mieux que bien» semblent participer à certaines médicamentations et prises de substances psychotropes, tantôt pour faire face, tantôt pour atteindre ce modèle d’hyperperformance par le dépassement de soi.


Renseignements: Université de Friibourg | Sociologie | 026 300 77 80

Télécharger la brochure